Coyote Gulch via Crack in the wall
Description

Thierry Lagarde: En concevant le voyage 2007, je savais que Coyote Gulch serait un des points d’orgue du voyage et j’attendais ce moment avec impatience mais aussi avec crainte car mon programme était très (trop) ambitieux pour une seule journée vue l’option que j’avais choisie. Ne voulant pas prendre de risque, j’avais exclu la remontée par Jacob Hamblin Arch et donc prévu de faire parking -> Crack in the wall -> jonction Coyote Gulch -> Coyote Bridge -> jonction Coyote Gulch -> Crack in the Wall -> parking soit 15 miles environ. Par conséquent, lever un peu plus tôt que d’habitude et nous voila rendu au parking à 8H du matin après environ 1H15 de piste. Nous sommes dans les temps et la journée promet d’être aussi chaude que les précédentes soit 40°c ce qui ne facilitera pas les choses. Nous commençons donc par une marche dans un chemin sablonneux jusqu’à la partie de Slickrock. En route, j’indique à Lysiane qu’il y a deux difficultés dans la journée : Le Crack in the Wall dont je j’imagine pas qu’elle puisse y échouer et la deuxième (une cascade) où je suis moins confiant. J’aurais mieux fait de me taire car en arrivant au crack in the Wall, je vais vite déchanter. La descente dans la fissure n’est normalement pas compliquée mais là, il n’y a pas de pierres au fond qui permettent de s’aider. Je saute donc le premier dans la fissure et effectue plusieurs allers et retours dans la fissure pour apporter des grosses pierres afin de constituer un tas pour surélever le sol et descendre dans des conditions acceptables. Au prix d’une négociation âpre avec Lysiane, elle accepte de me faire confiance et de descendre avec mon aide dans la fissure. S’ensuivent les 30m de marche de profil dans 35cm de large qui peuvent être nerveusement durs pour quelqu’un de claustrophobe. Cette difficulté passée, nous entamons la descente de la grande dune (1 mile) qui nous fait dire qu’on se dirige vers une galère à la remontée le soir. La marche dans le sable mou est déjà fatigante en soi mais en plus sous 40° et dans une montée raide c’est un calvaire. Arrivés au pied de la dune, nous prenons directement la direction de Coyote Gulch vers le sud ouest. Nous prendrons l’option de marcher dans l’eau avec des sandales ce qui surcharge mon sac à dos (avec les 4l de boisson, les deux paires de chaussures de randonnées, le trépied et tous les accessoires de secours et électronique) et ralentira notre progression par rapport à l’option chaussures de randonnée. Après m’être fait dévorer par les taons, j’ai rapidement mis mon pantalon et nous progressons plus lentement que prévu dans les gorges ce qui me fait revoir rapidement mes ambitions à la baisse et nous n’irons finalement que jusqu’à la 3ème cascade non sans un petit sentiment de frustration (ce n’est que partie remise). Comme prévu la remontée de la dune en plein cagnard sera un calvaire tout comme la remontée finale dans le sable après avoir passé le crack in the Wall où nous croiserons une colonie de vacances qui descend dans les gorges. Au final, 9H30 de rando pour environ 10 miles d’efforts et quelques regrets car mon itinéraire était trop optimiste et la période mal adaptée. J’ai une excuse pour y retourner mais la prochaine fois, ce ne sera pas dans les mêmes conditions…

Difficulté randonnée
difficulté piste
Intérêt

Le tracé en traits pleins correspond à peu près au trajet que j'ai effectué. Le tracé en pointillés verts (sortie de Coyote Gulch par Jacob Hamblin Arch) représente le trajet généralement emprunté par Philippe lorsqu'il randonne à la journée dans le canyon. Enfin, les pointillées marrons sont les itinéraires alternatifs pour sortir des gorges par Red Well ou Hurricane Wash (randonnées sur 2 jours minimum)

 
  Overview at Crack in the wall  
  Steven's Arch  
   
  Red wall  
  Colorfull waterfall  
  First Waterfall  
  First Waterfall  
   
  Second Waterfall  
  Alone in the mud Pool  
  Third Waterfall  
  Third Waterfall  
  Third Waterfall